Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

07/07/2018

Un printemps en région parisienne 2018 IV : Gustave Loiseau

La peinture est pleine de charmants petits maîtres plus ou moins oubliés. Et si les musées parisiens ont souvent un peu trop tendance à se contenter des poids lourds de l'histoire de l'art pour attirer les foules (encore bravo au Petit Palais pour avoir une politique un peu plus ambitieuse), ceux de banlieue et de province n'hésitent jamais à remettre en lumière des artistes moins connus en particulier quand ils ont un encrage local.

loiseau.jpg

Soyons tout de suite clair, Gustave Loiseau (1865 - 1935) ne mérite sans aucun doute pas d'être dans un abrégé d'histoire de l'art. Mais cela n'est pas une raison pour ne pas se rendre à Pontoise voir l'exposition qui lui est consacré. Si la toile la plus ancienne (l'exposition n'est pas chronologique mais par sites représentés) montre l'influence tardive de l'école de Barbizon, sans doute par l'intermédiaire de son maître Fernand Quignon, il va très vite adopter une touche impressionniste et se lancer comme beaucoup de jeunes artistes dans l'aventure de l'avant-garde. Il se rend comme son maître plusieurs fois à Pont-Aven et adopte un temps vers 1905/10 une manière plus proche des nabis et des fauves avant de revenir à un impressionnisme plus classique.

 

Peut-on alors vraiment parlé à son sujet de post-impressionnisme comme on peut souvent le lire ? A mon sens pas vraiment tant il semble prolonger assez tard dans le siècle un style inspiré essentiellement de Monet et Pissaro bien loin des recherches plus « modernes ». Comme ses amis Mauffra et Moret, il propose souvent un impressionnisme apaisé et décoratif. Les sites représentés sont souvent bien connus (Pontoise où il s'installa, Le Havre, Dieppe, Etretat...) ; les points de vue agréablement choisis mais fort classiques ; le coloris est vibrant. Cela donne de très jolies toiles (les vues de villes peuplées ne sont en revanche pas très heureuses), venues en grande majorité de collections privées (donc qu'on n'est pas près de revoir), à défaut d'avoir énormément d'ambition.

 

Les musées de Pontoise nous font découvrir un charmant petit maître, et c'est déjà beaucoup. Alors on y fonce, ça ferme demain !

 

Gustave Loiseau, paysages d'Ile de France et de Normandie, Musée Camille Pissaro, Pontoise, jusqu'au 8 juillet.

Écrire un commentaire