Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

05/06/2021

Au Louvre...

J’avais très peur d’avoir raté la grande exposition de sculpture italienne de la renaissance au Louvre (alors que j’avais eu le temps de voir la magnifique exposition Altdorfer) suspendu avec le Covid mais elle a pu être prolongé jusqu’au mois de juin même si quelques œuvres ont du être rendues aux préteurs. Comme annoncé, c'est un rassemblement de pièces majeurs qui ravira même le plus profane en la matière et permet de bien appréhender l'importance et l'évolution de la représentation du corps pendant la renaissance.

 

A noter qu'il y a aussi quelques dessins et peintures (Signorelli, Tura, Giovanni Santi, Melozzo da Forli, Bramantino, Mantegna, Perugin...) qui montrent bien les passerelles entre les deux arts magnifiquement représentés dans la dernières salle par Michel-Ange. Une exposition incontournable mais qui va vite fermer, alors il faut s'y presser, surtout en jauge réduite...

corps.jpg

C’est en me baladant dans les couloirs du Louvre que j’ai découvert qu’il exposait plutôt discrètement (aucune affiche dans le musée, aucune information la semaine dernière sur le site – c’est fait désormais-) une acquisitions récente plutôt discutée : les pastels supposément préparatoires aux gravures représentant les Bourbons. Si les quatre pastels attribués à Lemonnier ne font pas débat, il n'en est pas de même de ceux attribués à Fragonard, aussi bien ceux qui ont donné lieu à une gravure que ceux pour lesquels ce n'est pas le cas (et qui paraisse d'une facture plus enlevée) que certains spécialistes refusent de reconnaitre comme de la main du maître.

 

Ni la confrontation avec trois portraits peints descendus des salles de peinture ni le petit catalogue publié pour l'occasion ne permettent au simple amateur de se faire une opinion. Ces pastels en grisaille sur papier bleu sont de belle qualité mais n'ont pas la verve de nombreux dessins de Fragonard. D'un autre côté la commande (portraits sobres et réalises modèles pour la gravure de membres anciens de la famille des Bourbon) nécessitait une certaine réserve... Merci au Louvre en tout cas de présenter ces œuvres qui continueront sans doute de diviser les historiens de l'art.

 

Le corps et l’âme, Louvre, jusqu’au 21/06/2021

Hommage à la Maison de Bourbon. Pastels de Fragonard et Lemonnier, Louvre, jusqu’au 13/09/21.

Écrire un commentaire