Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

07/07/2021

Double programme à Meaux

L'exposition pour commémorer le centenaire de la destruction des moulins de Meaux aura donc été présentée avec un an de retard en raison de la pandémie mais c'est une très bonne chose qu'elle ait finalement pu avoir lieu. Car au milieu de toutes sortes de documents (photos, journaux, maquettes...) évoquant ces vieux moulins médiévaux sur pilotis et leur destruction, sont présentés dessins et peintures d'artistes, souvent locaux, pas forcément très connus, mais inspirés par ce lieu pittoresque. A côté de Jean Julien Massé qu'on avait déjà découvert au musée Bossuet, on admire des œuvres de Lucien Gilbert Darpy, Alfred Renaudin, Léon Le Royer (bel ensemble de vue depuis sous les pilotis), George Gassies, Charles Joseph Roussel (intéressante interprétation de l'incendie), et les post-impressionnistes Fernand Pinal et Albert Lepreux. Il est toujours très intéressant de comparer ce que des artistes aux sensibilités différentes ont retenu et réinterprété d'un même lieu. Une exposition très réussie.

meaux.png

Le musée de la grande guerre présente lui une bonne partie du fond restauré de peintures, dessins et gravures, légué par la famille de Georges Bruyer (1883 - 1962 ). Graveur et illustrateur reconnu de son vivant, il fut élève aux BA de Paris de Gérôme et Ferrier. Mobilisé, il prend part au conflit et s'il est blessé en 1915 puis réformé, il reviendra sur le front comme peintre de guerre. Autour de la série des 24 estampes de la guerre présentée dans le cadre de sa mission aux armées et qui a fait sa réputation, sont présentées des dessins, gouaches, aquarelles et quelques peintures. Plutôt que de représenter la guerre en elle-même, Bruyer représente le quotidien des soldats, sans héroïsme ni misérabilisme et les paysages du front. Son trait d'illustrateur s'approche parfois de la BD et croque la vie avec beaucoup de sensibilité alors que ses coloris pour représenter le crépuscule ou la nuit, son presque fantastique. Une très belle découverte ! On regrettera juste que le catalogue, au demeurant peu onéreux, n'en dise pas plus que les panneaux de l'exposition et ne présente pas un peu plus l'artiste avant et après la guerre. Mais l'exposition mérite le détour !

 

Feu les moulins de Meaux, Meaux, musée Bossuet, jusqu'au 30 septembre 2021.

Graver la guerre - Georges Bruyer, Meaux, musée de la grande guerre, jusqu'au 03 janvier 2022.

 

Écrire un commentaire