Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

04/07/2021

Un naufrage ?

Quand on a été déçu (et c'est un euphémisme) par un catalogue lu car on n'était pas sûr que l'exposition ouvrirait un jour, on se demande vraiment si cela vaut le coup d'aller à l'exposition. Entre essais succincts ou sans intérêt (quelques divagations sur la tempête...), absence de notices d’œuvres, de biographies des artistes, d'index et grandes photos coupées par la reliure... rien ne va dans Tempêtes et naufrages. Heureusement le choix des œuvres semblait être bon et le thème est particulièrement attirant.

naufrages.jpg

Et effectivement l'exposition du musée de la vie romantique est un plaisir pour les yeux (on sera en revanche bien moins convaincu par l'ambiance sonore, y avait-t-il vraiment besoin d'un "parcours immersif"...). Organisée en trois grandes parties (aux origines de la représentation, le spectacle de la tempête, après la tempête), elle n'apprendra en revanche pas grand chose à ceux qui ont l'habitude de voir des tableaux sur ce thème présent dans la plupart des musées.

 

Si à part le Jonas levé à l'eau de Rubens, elle commence bien par Vernet et les autres marinistes du XVIII° (Manglard, Hue, Pillement, Loutherbourg), elle se termine en revanche sur la génération d'après Courbet (et c'est une bonne chose) avec des peintres comme Luminais, Berthélémy, Garnier, Feyen-Perrin ou même Boudin et le romantisme se taille bien entendu la part du lion. Parmi les œuvres (quasiment toutes très bien choisies et souvent pas trop vues) venant de musées parisiens, étrangers,de province comme de collections privées, on notera en particulier un bel ensemble de Théodore Gudin et d'Eugène Isabey.

 

Au final une très belle exposition mais où on ne découvrira pas grand chose...

 

Tempêtes et naufrages. De Vernet à Courbet. Paris, musée de la vie romantique, jusqu'au 12 septembre 2021.

Écrire un commentaire