Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

26/09/2021

L'heure bleue

Il y a des expositions qu'il faut voir plusieurs fois pour bien en profiter. La première fois que j'étais allé au musée Marmottan juste après la réouverture, la jauge permettait de voir la rétrospective Peder Severin Krøyer dans d'excellentes conditions et j'avais été subjugué. Juste avant la fermeture, il y a un peu plus de monde (mais ça reste très raisonnable), je suis toujours subjugué mais presque un peu déçu.

kroyer.jpg

Il n'y a aucun doute, le danois Peder Severin Krøyer est un grand artiste qu'il était important de découvrir en France (ce n'est pas le seul Bateaux de pêche pas toujours accroché à Orsay qui permettait de le connaitre) et l'exposition est superbe, exposant aussi bien esquisses, tableaux de petits et de grands formats ; paysages que portraits et scènes de genre (on est parfois un peu entre les deux d'ailleurs).

 

Sa vision de la mer du nord du Danemark est somptueuse, en particulier cette heure bleue du soir, où sable, mer et ciel se fondent en bleu. Et il est passionnant de découvrir à la fois le grand format Hip Hip Hip Hourrah, une esquisse de composition globale et des études de détails. Mais voilà, à deuxième vision, si on découvre plein de nouvelles choses, on se rend aussi compte qu'une soixantaine d’œuvres, c'est très peu et qu'on en aurait bien vu le double (heureusement il y a le catalogue).

 

Bref, ce fut sans doute mon exposition préférée du printemps / été 2021 à Paris.

 

L'heure bleue, Peder Severin Krøyer, musée Marmottan-Monet, jusqu'au 26 septembre 2021.

Écrire un commentaire