Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

21/08/2021

Deux belles petites surprises

Deux villes de la région parisienne, deux musées très actifs, deux expositions parisiennes qui ne méritent sans doute pas qu'on se déplace de loin mais qui feront le bonheur des parisiens curieux...

 

Parmi la vingtaine de paysages sortis des réserves et présentées au dernier étage du musée de Melun, c'est bien entendu Armand Cassagne, auteur d'une importante donation et déjà bien présent sur les murs du musée, qui se taille la part du lion avec peintures, œuvres sur papier et même ses méthodes d'apprentissage du dessin. Si ses vues de Fontainebleau ont tendance à être un peu répétitive dans un style "école de Barbizon" tardif, on découvre une charmante vue de Nice et surtout un extraordinaire dessinateur, que ce soit au crayon, à la sanguine ou à l'aquarelle. Si toutes les feuilles présentées sont de toute beauté, on aura eu un grand coup de cœur pour le Village sur le ravin de la Bourne et on regrette que le musée ne puisse pas présenter encore plus d’œuvres sorties de son abondant fond... On pourra aussi admirer deux charmantes vues de Melun par le mystérieux Georges Stein, deux vues urbaines de Jean Pierre Ferrand, un très beau Soir sur la Seine de  Jacques Henry Delpy et le superbe la nuit à Moret de Eugène Lavieille parfois présenté dans le parcours permanent.

luce.jpg

Si l'exposition-dossier de Melun est basée sur ses propres collections, celle Mantes-la-Jolie fait venir 16 dessins et aquarelles d'Henri-Edmond Cross du musée Malraux du Havre pour les mettre en parallèles avec les nombreuses œuvres du musée de Maximilien Luce, les deux artistes ayant été très proches. C'est un véritable plaisir de revoir trois ans après l'exposition Cross du musée de Giverny un bel ensemble d’œuvres sur papier (en plus il y a très peu de doublon) aussi bien des fusains (qui évoque Seurat) que des aquarelles. Que de beauté dans l'apparent simplicité des ces petites pochades présentant le sud de la France... Le seul regret est finalement que le cabinet d'art graphique du musée étant de petite taille, il n'y a qu'un seul dessin de Luce présenté en comparaison...

 

Voyages à travers les collections de paysages du musée, jusqu'au 18 septembre 2021, Musée d’art et d’histoire de Melun.

Henri-Edmond Cross chez Luce, jusqu'au 23 août 2021, musée de l'Hôtel-Dieu, Mantes-la-Jolie

Écrire un commentaire