Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

17/12/2019

Automne-Hiver 2019 II - Orangerie

Seul plaisir de la grève, la possibilité de faire les expositions sans faire la queue et sans bousculade dans les salles... Et je ne suis pas sûr que je n'aurais pas un peu regretté d'avoir fait l'exposition Félix Fénéon à l'orangerie dans d'autres conditions...

feneon.jpg

D'ailleurs il faudrait dire la deuxième moitié de l'exposition consacrée à Fénéon après la première partie que lui consacra ce printemps le musée du Quai Branly. Il y a du coup une redondance certaine entre les deux expositions vu qu'il était bien entendu impossible de séparer sa vie (il faudrait d'ailleurs dire ses vies), son amour des artistes contemporains et celui pour "les arts lointains". On n'en apprendra ainsi pas forcément beaucoup plus sur lui (à part l'épisode de son procès pour l'attentat du restaurant Foyot) et il y a finalement trop peu d’œuvres présentées dans la section consacrée aux artistes défendus quand il a travaillé pour la galerie Bernheim-Jeune.

 

Il y a heureusement un pur moment de bonheur dans l'exposition avec la grande "salle" consacrée au néo-impressionnisme. Si Cross, Luce ou Dubois-Pillet ne sont présents que par une ou deux œuvres, Signac et Seurat bénéficient tous les deux d'un bel ensemble. Du premier on notera bien évidemment l'incroyable portrait de Fénéon venu de New York et accompagné de travaux préparatoires ; la petite réplique de Au temps d'harmonie ; le très beau paysage maritime de Concarneau ou l'étonnant Un dimanche. Du second on se régalera d'un très bel ensemble de dessins et esquisses, mais aussi de cinq grands paysages de bord de mer venus de Londres et des États-Unis, tous absolument superbes.

 

Si au final il me semble qu'il aurait mieux fallu faire une seule grande exposition, aller à l'Orangerie reste indispensable pour découvrir ou en savoir un peu plus sur ce singulier personnage que fut Félix Fénéon.

 

Félix Fénéon. Les temps nouveaux, de Seurat à Matisse, Paris, l'Orangerie, du 16 octobre 2019 au 27 janvier 2020

15/12/2019

Automne-Hiver 2019 I - Auvers sur Oise

Le musée Daubigny à Auvers-sur-Oise est définitivement très actif puisqu'il présente déjà une nouvelle exposition, consacrée cette fois aux peintres qui, à la suite de Jules Dupré à l'Isle-Adam, Camille Pissaro à Pontoise ou Charles-François Daubigny à Auvers, sont venus poser leurs chevalets dans la vallée de l'Oise. Organisée avec le musée Camille Pissarro de Pontoise, le Musée d’art et d’histoire Louis Senlecq de L’Isle-Adam, le musée William Thornley d’Osny, la Commune d’Ecouen et l’Association des peintres d’Ecouen, elle présente une cinquantaine d’œuvres d'artistes souvent peu voire pas connus.

 

auvers.jpg

 

C'est un grand plaisir par exemple de voir réunies cinq toiles de Fernand Quignon, artiste magnifique que je connaissais essentiellement grâce au très beau catalogue raisonné qui lui a été consacré. Ses représentations de la campagne, vibrantes de lumières, sont absolument superbes. Bel ensemble aussi de Léonide Bourges, artiste sensible dont on aimerait découvrir beaucoup plus d’œuvres. On aurait aimé en revanche voir un peu plus de Ludovic Piette, ce grand ami de Pissaro très bien représenté au musée de Pontoise et seulement présent avec une toile et une gouache.

 

A côté d’œuvres d'artistes connus comme Luce, Vollon, Maufra, Vignon (très beau Printemps à Auvers-sur-Oise rappelant Pissaro) ou Loiseau, on découvre des noms largement oubliés comme Léon de Bastard, Henri Laurent-Desrousseaux (le ru du Valmondois), Léon Giran-Max (la coupe du bois à Neuville-sur-Oise), Jules Paulin Lorillon (très beau Champ de blé à Auvers), Alexandre René Véron (Bords de l'Oise à Auvers), Maxime Vallée (Ferme à Auvers)... qui nous rappellent une fois encore à quel point les peintres paysagistes étaient nombreux, talentueux et variés, aussi bien par leurs sujets que par leurs techniques, à la fin du XIX°... Une exposition à voir !

 

Lumières et couleurs de la Vallée de l’Oise, Auvers-sur-Oise, musée Daubigny, du 12 octobre 2019 au 15 mars 2020.

29/09/2019

Un été parisien 2019 VIII-louvre

Impossible de ne pas finir cette petite recension des expositions ayant lieu cet été sur Paris et la région parisienne avec les expositions de dessins du musée du Louvre qui se terminent demain. Je n'ai pu les voir que tardivement, les problèmes nés du déplacement de la Joconde m'ayant empêché de m'y rendre avant, mon Pass ne me donnant plus droit aux accès prioritaires et le musée n'ayant été accessible de nombreux jours que sur réservation. Il est d'ailleurs ridicule de voir la queue immense sous la pyramide pour accéder à la Joconde alors que la plupart des salles sont vides...

gros.jpg

Ainsi y-a-t-il très peu de monde pour voir les dessins d'Antoine Jean Gros et c'est bien dommage ! Car on découvre un dessinateur d'une grande inventivité et d'une belle virtuosité, beaucoup plus libre pas ce médium que par la peinture, annonçant vraiment le Romantisme. Reste qu'en voulant élargir le propos en montrant des dessins (très beaux au demeurant) de son maître David et de ses condisciples dans l'atelier (Girodet, Gérard, Fabre) et quelques toiles déjà bien connues, l'exposition, qui partage une des deux anciennes galeries consacrées à l'histoire du Louvre avec une présentation didactique des différentes types d’œuvres sur papier, ne présente qu'une toute partie des dessins qu'elle possède alors qu'on aurait aimé en voir davantage...

mariette.jpg

L'exposition consacrée aux dessins italiens de la collection Mariette bénéficie, elle, de l'intégralité de l'autre moitié des anciennes salles sur l'histoire du Louvre, et il fallait bien cela. Après nous avoir présenter le collectionneur et sa façon de collectionner, les dessins sont présentés par école et on finit sur une salle consacrée à sa façon de monter les dessins. Les pièces sublimes se succèdent, tous les grands maîtres sont présents (Michel-Ange, Raphael, Corrège, Parmesan, Véronèse, Carrache, Tiepolo... Coups de cœur (entre autres) pour ma part pour un Buste de jeune homme de Michelangelo Anselmi, un Vieillard barbu enturbanné de Pittoni, Six études pour St François recevant les stigmates de Palma le jeune, Dieu le père apparaissant à Adam et Eve du Baciccio ou le Paysage rocheux à l'orée d'un bois de Campagnola. Un exposition que les amoureux du dessin ne devaient pas rater....

 

Antoine-Jean Gros, 1771-1835 Dessins du Louvre et Dessins italiens de la collection Mariette, Paris, Louvre, jusqu'au 30 septembre

28/09/2019

Un été parisien 2019 VII - Meaux

Composée d’œuvres venant de diverses institutions meldoises ainsi que d'une petite dizaine de peintures venues d'une collection privée, l'exposition Des Animaux et des Hommes est plus une grande exposition dossier qu'autre chose. Elle n'en est pas moins très intéressante par sa manière de nous montrer les différentes façon de représenter l'animal, du simple attribut d'un saint (le très beau St Jean l'évangéliste de Girolama Marchesi da Cotignano) ou compagnon des humain sur un paysage ou un portrait, au sujet principal du tableau, mort ou vif...

meaux.jpg

Mais l'intérêt principal d'une telle exposition est de découvrir des œuvres habituellement cantonnées en réserves et on est franchement étonné que le Chaton cajolé de Rochegrosse qui a été (à juste titre) choisi pour l'affiche ne soit pas présenté d'habitude (en tout cas pas à chaque fois que je suis allé au musée Bossuet). C'est donc l'occasion de voir des paysages de petits maîtres comme Charles Kuwasseg, Aymar Pezant, Camille Dufour, François Vuagnat, Armand Guéry... qui rappellent à quel point le XIX° a été riche et varié. Et cerise sur le gâteau avec les œuvres plus anciennes venues d'une collection privée où l'on retrouve Poussin, Fyt, Stoskopff, P van Bloemen, Potter...

 

Des animaux et des hommes, musée Bossuet, Meaux, jusqu'au 29 septembre 2019

22/09/2019

Un été parisien 2019 VI-orsay

Si vous avez envie d'une sortie bien copieuse et bondée pour les journées du patrimoine et que vous n'avez pas encore fait l'exposition Morisot... bein bon courage !

morisot.jpg

En effet, les salles du premier étage qui abrite l'exposition (et seront semble-t-il désormais consacrées à ça) sont assez petites et peu adaptées à une foule nombreuse. En août ça restait supportable même si le confort de visite était moyen, mais en début de semaine c'était l'enfer alors je n'imagine même pas le dernier jour... Bousculades et engueulades seront sans doute au rendez-vous ! S'il est logique d'avoir mis Sérusier, Gauguin et Van Gogh au 5ème étage à la suite des Impressionnistes, ces salles étaient, me semble-t-il, bien plus adaptées aux expositions temporaires qu'elles ont abritées pendant des années.

 

La rétrospective Berthe Morisot est en revanche une grande réussite. Bien construite, plus riche en œuvres majeures que celle du musée Marmottan il y a quelques années (même s'il y a pas mal de peintures en commun), elle donne une vision très complète d'une artiste que j'avais du mal (à tord donc) à mettre aux premiers rangs de l'impressionnisme. Et pour compléter la visite, il faut absolument aller voir les pastels de Mary Cassatt exposés au 5ème étage ainsi que les dessins de Morisot, Cassatt, Bracquemond... exposées au rez-de-chaussé...

 

Berthe Morisot (1841 - 1895 ), Paris, musée d'Orsay, jusqu'au 22 septembre 2019.

Un été parisien 2019 V - Courbevoie

Si vous avez envie d'une petite sortie pas trop copieuse pour les journées du patrimoine, un petit saut au musée Roybet-Fould s'impose ! Vous pourrez profiter des œuvres de Ferdinand Roybet, George Achille-Fould et Consuelo Fould dans un accrochage qui profite de l'ouverture d'une nouvelle salle au première étage ainsi que de la petite exposition-dossier consacrée à l'enfance dans les collections du musée.

courbevoie.jpg

S'il y a peu d’œuvres présentées dans deux petites salles, c'est l'occasion de découvrir des dessins et peintures habituellement dans les réserves comme le somptueux Portrait de Melle Bramme (qui sert d'affiche) de Roybet également représenté (entre autres) par La fillette à la poupée et Jeune page en grisaille. On notera aussi La poupée cassée de Louis Antoine Capdevielle et la Jeune fille à la poupée de Gustave Poetzsch. Plein de bonnes raisons de se rendre dans ce musée petit mais très actif...

 

L'enfance dans l'art, opus II, Courbevoie, musée Roybet-Fould, jusqu'au 22 septembre

15/09/2019

Un été parisien 2019 IV - Petit Palais

Si vous avez raté (quelle erreur !) au Petit Palais la sublime exposition sur les dessins allemands du musée de Weimar, occasion unique de découvrir un ensemble exceptionnel d'œuvres de Füssli, Friedrich, des Nazaréens..., il est encore temps de courir aujourd'hui y voir Paris romantique.

paris.jpg

Et si vous n'aimez pas le romantisme (quelle erreur !), sachez que ce n'est pas tant le sujet de cette exposition (même si bien évidemment tous les grands artistes, peintres, sculpteurs, écrivains, musiciens... du mouvement sont évoqués) que la vie à Paris à l'époque romantique sous tous ses aspects. On découvre donc à travers les salles les goûts des souverains comme des élégants de cette période 1815-1848 à travers une foultitude d'objets divers (costumes, accessoires de mode, vaisselle, mobilier, dessins, peintures, sculptures ...) et il est difficile de ne pas se perdre tellement cela foisonne de partout.

 

Au milieu de tout ça, la salle consacrée au Salon avec son accrochage dense et serré est un ravissement. Entre les œuvres pas forcément très connues d'artistes majeurs (Géricault, Delacroix, Gérard, Girodet) et des œuvres majeures d'artistes aujourd'hui moins célèbres (gros coup de cœur pour 'Un rayon de soleil' de Célestin Nanteuil, 'Un gypaète dévorant sa proie de Jules Coignet et le 'Réveil du juste, réveil du méchant' d'Emile Signol). On notera aussi un grand nombre de portraits de qualité dont on ressortira deux superbes portraits de femme par Joseph Désiré Court.

 

Ca ferme, il faut y courir, ainsi qu'au musée de la Vie Romantique qui abrite la partie de l'exposition consacrée au salons littéraires.

 

Paris romantique, 1815-1848, Paris, Petit Palais, jusqu'au 15 septembre 2019.