Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

10/06/2012

Fin de printemps à Paris (I)

Quelques mots (et un lien vers les excellents billets de la Tribune de l'Art) sur les expositions du moment à Paris.

 

debussy.jpgPas franchement convaincu par Debussy, la Musique et les Arts. Réunies par thèmes (son cercle, ses compositions, ses influences...), les oeuvres venant de tous les domaines de l'art semblent souvent coller au propos de façon bien artificielle et il est bien difficile de comprendre où l'expo veut en venir. Si il y a de l'excellent (mais aussi du moins bon) dans les peintures présentes, on observe qu'une bonne partie a juste traversé la Seine (et vient donc d'Orsay) et parmi celles qu'on a préféré, on notera celles de Cross, Thaulow, Rossetti et Degroux.

 

La Tribune de l'Art

 

 

Debussy. La Musique et les Arts Paris, musée de L’Orangerie, jusqu'au 11 juin 2012.

 

 

artemisia.jpgUne exposition sur un peintre caravagesque à Paris, c'est déjà un évènement, alors quand il s'agit d'Artemisia Gentileschi ! On laissera aux spécialistes les habituels problèmes d'attribution, fréquents pour cette période, pour se régaler des nombreuses oeuvres présentées, grands formats religieux comme scènes plus intimes, de l'artiste, de son père et des contemporains ou élèves. Deux remarques cependant : quelques tableaux semblent d'une qualité vraiment moindre et le fait de devoir commencer, à cause de la structure du musée Maillol, par la fin de sa carrière, est quand même assez dérangeant.

 

La Tribune de l'Art

 

Artemisia, pouvoir, gloire et passions d'une femme peintremusée Maillol, jusqu'au 15 juillet 2012

 

 

cima.jpg

Superbe initiative du musée du Luxembourg que de nous présenter une rétrospective consacrée à Cima da Conegliano. Peintre de la renaissance vénitienne, son art vient de la tradition locale héritée de Giovanni Bellini, tout en montrant des influences flamandes et en annonçant l'arrivée de la génération suivante (Giorgione). Corps sculpturaux, couleurs somptueuses, paysages délicats et une certaine théâtralité dans les interactions entre personnages peuplent les oeuvres, du grand tableau d'autel au cassone, peu nombreuses mais magnifiquement choisies. A ne pas manquer.

 

La Tribune de l'Art

 

Cima da Conegliano. Maître de la Renaissance vénitienne, Musée du Luxembourg, jusqu'au au 15 juillet 2012.

07/06/2012

Église Saint-Antoine-des-Quinze-Vingts

En rentrant dans une église, on a parfois des surprises. Saint-Antoine-des-Quinze-Vingts a une architecture extérieure comme intérieure pour le moins sans intérêt. J'étais passé devant plusieurs fois sans y entrer et un rapide coup d'oeil ne m'avait guère donner envie d'en découvrir plus. Pourtant en allant jusqu'au choeur, je tombe dans le transept sur deux grandes compositions peintes.

st antoine distribuant ses biens.jpg

St Antoine distribuant ses biens aux pauvres

 

La signature, difficile à déchiffrer (à cette distance...) et une recherche sur internet me permettent de découvrir qu'il s'agit d'oeuvres de Georges Claude (1854-1921/22) (a priori, il devait y avoir quatre compositions, les deux autres sont-elles cachées ?). Elève de son père Jean Maxime Claude (1824-1904), peintre animalier dont on peut trouver quelques scènes de chasse dans des ventes d'art (et un très beau dessin de chiens au musée Magnin de Dijon) et de son oncle Pierre-Victor Galland (1822-1892), qui a bénéficié d'une exposition au musée de Roubaix (voir le compte-rendu de la Tribune de l'Art) et chez qui il a sûrement développé son goût pour les grands décors, il a fait (d'après le Bénézit) une honorable carrière officielle (exposant au Salon à partir de 1874, médaille de 3° classe en 1883, médaille de bronze à l'exposition universelle en 1889-1890). Il aurait fait des grands décors et des cartons de tapisserie pour le théâtre. On ne trouve quasiment rien sur le net (il faut dire qu'avec un homonyme physicien bien plus célèbre...) et ces deux grandes oeuvres montrent une maîtrise fort honorable du dessin, de la composition et de la couleur mais souffrent d'un grand manque d'émotions.

saint antoine en prière.jpg

St Antoine en prière chasse les tentations

27/05/2012

Dernier jour...

Dernier jour pour aller à l'Institut Néerlandais voir l'exposition Un univers intime. Tableaux de la Collection Frits Lugt qui présente une centaine de tableaux flamands (XVI° et XVI°), hollandais (XVII° mais aussi quelques oeuvres du XVIII° et du XIX°), italiens, ainsi que des esquisses peintes de paysage françaises et danoises du XIX°.

institut.jpg

Si l'exposition est peu riche en peintures d'histoire et en "grands noms", elle présente en revanche un panorama très complet du paysage flamand et hollandais, des origines (Roelant Savery, Herri Met De Bles...) aux italianisants (Jan Both, Cornelis van Poelenburch...) ainsi que des natures mortes, des portraits et quelques scènes de genre. Parmi cet ensemble somptueux, mes tableaux préférés ont sans doute été la Femme âgée cousant d'Esaias Boursse (1631-1672), le Paysage avec une cascade et le temple de la Sibylle à Tivoli de Nicolaes Berchem (1620-1683), L’Abbaye d’Alpirsbach près de Freudenstadt (Forêt-Noire) de Frederik Sødring (1809-1862) et le superbe Paysage avec Mercure, Argus et Io de Moyses van Wtenbrouck (1595 - 1647).

 

Mais plutôt que des mots, aller voir les oeuvres, soit cet après midi sur place, soit sur le site de la Fondation Custodia où elles sont toutes reproduites.

 

Un univers intime. Tableaux de la Collection Frits Lugt, Institut Néerlandais, jusqu'au dimanche 27 mai 2012

07/05/2012

Balade dans l'Aude IV : eglise d'Espéraza

Outre son musée des dinosaures (abritant la gloire locale, Eva alias Ampelosaurus Atacis), la commune d'Espéraza abrite une charmante petite église peu riche en tableaux à part celui-ci qui est bien curieux :

espéraza1.JPG

Il s'agit, semble-t-il, d'une copie assez libre (et peut-être largement postérieure) des Âmes du Purgatoire de Pierre Félix Trezel (1782-1855), peinture exposée au Salon de 1824 puis placée dans la cathédrale St Etienne de Toulouse, qui était elle même inspirée d'une des dernières oeuvres de son maître Pierre Paul Prud'hon (voir ici). Les rares tableaux qu'on peut voir de lui sur le net semblent assez médiocre et on est très curieux d'aller découvrir l'oeuvre originale à Toulouse la prochaine fois qu'on y passera (on a aucun souvenir de l'avoir vu la dernière fois).

espéraza2.JPG

Enfin, un chemin de croix peint du XIX° se montre assez décoratif et il semblerait intéressant de se préoccupper un peu plus de ces oeuvres, parfois peintes en série, parfois originales (on se rappelle d'une série dans une église parisienne).

05/05/2012

Balade dans l'Aude III : eglise de Saint-Papoul

Surtout connue pour ses chapiteaux et modillons du Maître de Cabestany, l'abbaye et ancienne cathédrale de Saint-Papoul contient une unique peinture anonyme du XVII° qui semble d'assez bonne qualité, le Christ en croix entre la sainte Vierge, saint Jean-Baptiste, sainte Madeleine, sainte Catherine et saint Jean (on la voit d'assez loin et mal éclairée). L'exécution me semble un peu sèche et la présence dans une telle scène de Sainte Catherine pas très fréquente. 

st papoul.JPG

 

29/04/2012

Balade dans l'Aude II : eglise de Saissac

A deux pas des ruines du château, la petite église de Saissac abrite un superbe Christ en croix de Jacques Gamelin, peut-être mon tableau préféré de ceux que j'ai pu voir de lui dans les églises et musées de l'Aude. Le superbe coloris et la présence de soldat rappelant qu'il fut un peintre de batailles réputé donne un caractère particulier à un sujet des plus communs.

Gamelin.JPG

Parmi les rares oeuvres anonymes, deux sont agréables mais en état précaire :

anonyme1.JPG

anonyme2.JPG

26/04/2012

Balade dans l'Aude I : eglise de montolieu

On a parfois de bonnes surprises en rentrant dans une église non référencée dans les guides. Ainsi le choeur de l'église de Montolieu renferme quatre grandes toiles très décoratives. Une petite recherche sur le net indique qu'elles furent apparemment commandées à Rivalz mais réalisées par Jacques Gamelin (1738-1803). Si les deux plus grandes sont sous ce nom sur les bases du patrimoine, les deux autres y sont classées comme anonyme mais données aussi à Gamelin dans le catalogue de l'exposition consacrée à l'artiste par la galerie Hahn en 1979 (catalogue en ligne ici).

 

Elève de Jean-Pierre Rivalz à Toulouse puis de Jean-Baptiste Deshays à Paris, il échoue au Grand Prix de Rome où il finit par se rendre aux frais de son protecteur le Baron de Pyumaurin. Il s'installera ensuite en fonction des commandes (de très nombreuses oeuvres pour les églises comme on le verra dans différents billets) et des fonctions officielles dans différentes villes du Sud-Ouest (Toulouse, Montpellier, Narbonne, Carcassonne). Son oeuvre est abondante et variée dans les genres abordées comme dans la qualité.

gamelin 1.JPG

Jésus chassant les vendeurs du Temple de Jean Jouvenet fut une oeuvre beaucoup copiée dont on trouve plus facilement des reproductions de copies passant sur le marché de l'art (par ici) ou dans des églises (par là) que de l'original du musée des B-A de Lyon (dont vous trouverez ci-dessous un scan d'une vieille diapo). On note que la copie de Gamelin est allégée de quelques détails et semble bien plus statique.

jouvenet.JPG

gamelin 2.JPG

Le Sermon sur la montagne, nettement plus classique et dont la composition évoque confusément quelque chose. 

gamelin 3.JPG

La Vocation de saint Pierre

gamelin 4.JPG

La Crucifixion de saint André

 

On trouve aussi deux autres toiles anonymes, un St Michel et le démon impossible à prendre en photo (il est ici) et un très grand Baptême du Christ daté 1664 (?).

baptême.JPG