Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

24/04/2013

Louvre, printemps 2013

Beaucoup de choses ce printemps au Louvre, sans même compter la grosse (et controversée) exposition De l’Allemagne, pas encore vue.

 

louvre.jpg

 

New Frontier II. L'art américain entre au Louvre. Aux sources de la peinture de genre américaine du 19 Janvier 2013 au 22 Avril 2013. Même reproche que pour le paysage l’an dernier : comment se faire une idée de l’école américaine de peinture sur un nombre aussi ridicule d’œuvres ? Certes c’est un plaisir de voir des chefs d’œuvres reconnus de George Caleb Bingham, Arthur Fitzwilliam Tait ou Eastman Johnson, mais on est très frustré de devoir se contenter de si peu. Ajouter un Steen ou un Danloux ne suffit pas pour proposer une expo-dossier solide…

 

Nicolas Vleughels, du 10 avril - 08 juillet 2013. Signalée nulle part dans le musée le jour où je suis passée, cette petite exposition consacrée aux dessins de Nicolas Vleughels était heureusement dans la salle à côté de la précédente (soit après les peintures de l'école anglaise). Une vingtaine de dessins de celui qui fut directeur de l’académie à Rome, mais aussi de son élève Subleyras et de Watteau dont il s’inspira, couvrent aussi bien le portrait au pastel, le paysage pris sur le vif que l’étude de détails et font découvrir un charmant dessinateur. Un seul regret : c’est un peu court…

 

Le Mexique au Louvre, chefs-d’oeuvre de la Nouvelle Espagne XVIIe et XVIIIe siècles, du 7 Mars 2013 au 3 Juin 2013. En montrant l'art méconnu de ces artistes qui, à partir d'une tradition hispano-flamande, allait créer un style profondément personnel, entre maniérisme et rococo, plein de formes et de couleurs, le Louvre est en plein dans son rôle pédagogique. Mélangée aux oeuvres espagnoles, la dizaine de toiles présentées est à la fois suffisante pour ravir les yeux et attiser la curiosité, mais un peu juste pour se faire une idée de 150 ans de peinture mexicaine. Le catalogue est d'ailleurs lui-aussi passionnant mais bien trop léger... A voir absolument néanmoins !

 

David d'Angers Dessins des musées d'Angers, du 28 Février 2013 au 20 Mai 2013.  Si la présence de toutes sortes de dessins, depuis les copies d'antiques aux études de compositions, permettent de se faire une idée du travail d'un des plus grands sculpteurs français du XIX°, l'expo donne peu de raisons de s'enthousiasmer pour les oeuvres présentées. Quelques bons dessins de la collection personnelle de l'artiste (Friedrich, David, Boilly…) viennent agrémenter une présentation assez aride mais il faut bien avouer que les deux salles consacrées à l'exposition semblent réservées aux spécialistes...

 

Giotto e compagni, du 18 Avril 2013 au 15 Juillet 2013. Le propos est ambitieux (le bouleversement artistique crée par Giotto) et l'expo se donne le moyen de ses ambitions en présentant un nombre important d'oeuvres du maître comme de son entourage et en cherchant à se montrer le plus didactique possible. Mais la chapelle n'est pas franchement le meilleur endroit pour présenter une telle exposition (beaucoup de monde sur peu de place) et on a un peu l'impression frustrante d'être dans un format hybride entre expo-dossier et grande rétrospective. Mais c'est indispensable...

09/01/2013

Paris, Hiver 2012-2013, partie II : les poids lourds

Après le Louvre, les poids lourds de cet hiver, sans Hopper (trop de monde, pas intéressé) ni les impressionnismes et la mode (trop de monde, pas forcément motivé -encore les impressionnistes...-).

expo2.jpg

Composée en deux parties bien distinctes, au premier étage la perception par les artistes du XVI° au XIX° des bohémiens (diseuses de bonne aventure, danseuses, « orientalisme »...) et au deuxièmes étages la notion de vie de bohème pour les artistes au XIX° et au début du XX°, l'exposition Bohèmes du Grand Palais ressemble parfois un peu trop à un patchwork de thèmes (et d'époques...) variés (le rapport est ténu entre campement de bohémiens et un buveur d'absinthe...) mais elle présente bon nombre d'œuvres peu vues et souvent d'artistes pas forcément très connus (Morland, Zo, Dehodencq, Tassaert, Roehn ou le génois Ansaldo, entre autres). Pas passionnante mais un vrai plaisir pour les yeux.

 

Bohèmes, Grand-Palais, jusqu'au 14 janvier 2012.

 

Deux expositions concurrentes et chacune relativement petite en même temps sur Canaletto, c'était sans doute trop et pas assez à la fois, le propos (et les chefs d'œuvres) se retrouvant dilué et faisant naître la frustration de ne pas voir une grande rétrospective consacré soit au maître, soit à la vedute en général. A Jacquemart-André, un choix de toiles de très haute qualité et souvent de provenances prestigieuses qui permet de bien comparer Canaletto et Guardi, entre eux, mais aussi avec Van Wittel, Carlevarijs, Marieschi et Bellotto. Mais au bout du compte un trop petit nombre de tableaux de chaque artiste, qui ne donne ni une vue d'ensemble du genre, ni une idée vraiment précise des deux artistes principalement présentés. A Maillol, des œuvres moins connues (voire discutables pour certaines, si on lit la presse) en plus de chefs d'œuvres mais couvrant un ensemble bien plus important de thèmes différents de Venise et de sa lagune et donc une vue plus précise de l'art de Canaletto. Mais quelques toiles de qualité moindre et la sensation de manquer quelque chose en cantonnant l'artiste à Venise. On notera que, dans les deux expositions, les œuvres sont essentiellement représentées par thèmes, ce qui rend assez difficile de voir l'évolution des artistes, d'autant qu'il n'est pas évident avec la foule de revenir sur ses pas. Mais le plaisir des yeux est là, si on n'est pas gêné par les bousculades...

 

Canaletto à Venise, musée Maillol, jusqu'au 10 février.

Canaletto - Guardu, les deux maîtres de venise, jusqu'au 21 janvier.

08/01/2013

Paris, Hiver 2012-2013, partie I : le Louvre

Beaucoup de choses au Louvre cet hiver avec une grande thématique Raphaël...

raphael.jpg

En lisant les commentaires en ligne ou en voyant les gens passer à toute vitesse dans certaines salles, on se rend compte que l'exposition Raphaël au Louvre a beaucoup déçu, sans doute parce que son titre n'indiquait pas assez aux visiteurs ce qu'ils allaient vraiment voir. Il y a finalement peu d’œuvres « de » Raphaël, le propos étant justement de montrer comment s'articulait l'atelier pour répondre aux trop nombreuses commandes (fresques du Vatican, grands retables, saintes familles, portraits...). Du coup, certaines œuvres sont « déclassées », données partiellement ou intégralement aux deux principaux disciples, Giulio Romano et Gian Francesco Penni, auxquels sont d'ailleurs consacrés exclusivement certaines parties de l'expo pour voir leur évolution, mais sur invention du maître. L'exposition est passionnante, rassemblant un ensemble d’œuvres peintes et dessinées qu'on n'est sans doute pas près de revoir ensemble mais ne s'adressait peut-être pas au grand public.

 

Raphaël, les dernières années, le Louvre, jusqu'au 14 Janvier 2013.

 

Déjà bien représenté à l'exposition Raphaël, Giulio Romano bénéficie de la présentation par le cabinet des dessins d'une cinquantaine d’œuvres du début de sa production à ses années de gloire au service du duc de Mantoue. Dessinateur fécond et inventif qui va multiplier les projets réalisés après par ses élèves, ses collaborateurs voire même des artistes d'autres villes, ses corps se déforment progressivement dans un maniérisme échevelé. On appréciera en particulier dans cet ensemble somptueux ses personnages grotesques et ses monstres particuilèrement truculents.

 

Dessins de Giulio Romano, élève de Raphaël et peintre des Gonzague, le Louvre, jusqu'au 14 Janvier 2013.

 

On ne sait pas si Luca Penni, frère cadet de Gian Francesco, a fréquenté un temps l'atelier de Raphaël, mais son art doit autant au maître qu'à ses compatriotes Primatice et Rosso, avec qui il travailla sur le chantier de Fontainebleau. Le rassemblement de nombreux dessins, gravures (souvent par des artistes un peu secs voire maladroits) et de quelques peintures (on n'en connaît qu'une poignée) permet de découvrir un artiste charmant et imaginatif, peuplant son œuvre dessinée de petits détails. Une belle découverte.

 

Luca Penni, un disciple de Raphaël à Fontainebleau jusqu'au 14 Janvier 2013.

 

La vingtaine de gravures de Marcantonio Raimondi qui était présentée après les peintures anglaises ne présentait pas en revanche un intérêt extraordinaire. Inégales, elles ne suffisaient pas à rendre hommage au principal diffuseur de l'art de Raphaël.

 

Gravures de Marcantonio Raimondi, graveur de Raphaël, le Louvre, jusqu'au 7 Janvier 2013.

15/08/2012

Isabey à Paris

Eugène Isabey fut très célèbre de son vivant, et si on peut facilement voir ses paysages, marines, scènes historiques et de genre (rien qu'à Paris, on ira au Louvre, à Orsay et au musée de la Marine) , c'est l'ensemble des aquarelles achetées par Napoléon III au peintre en 1864 que nous présente le musée du Louvre avec des carnets d'esquisses, quelques autres œuvres sur papier et deux peintures (on regrettera d'ailleurs que seules les aquarelles de Napoléon III soient dans le catalogue).

isabey.jpg

Et l'on découvre un artiste qui, loin de ses scènes de naufrage ou de combat naval au romantisme un peu pompeux et ses scènes en costume d'époque, a représenté les côtes bretonnes et normandes avec une touchante simplicité. Le motif le plus banal, une dune, une plage, des rochers, une ferme, un escalier, une ruelle... est propice à une éblouissante démonstration de virtuosité. On navigue entre ces aquarelles rehaussée de gouache, comme on ferait mille découvertes pendant une longue balade le long des côtes, ébloui par la sérénité et la lumière. l'exposition mérite le détour et on pourra s'en faire une petite idée en allant sur le site du Louvre admirer huit des œuvres présentées. Maintenant, si le Grand Palais voulait bien organiser une grande rétrospective...

 

Eugène Isabey (1803-1886) Par les ruelles et par les grèves, Louvre, jusqu'au 17 Septembre 2012.

26/06/2012

Fin de printemps à Paris (III)

Fin des expos parisiennes de ce printemps (parce que l'été, on l'attend toujours...).

 

theatre.jpgConsacré au théâtre romantique sous toutes ses formes (opéra, pantomime, drame, comédie...), l'exposition du Musée de la Vie Romantique présente des œuvres tirées des collections du Musée Carnavalet : souvenirs d'acteurs célèbres, accessoires, beaucoup de dessins, d'une qualité d'ailleurs très variable, des projets de décors (très bel ensemble de Philippe Chaperon) et des peintures. Parmi celles-ci, de très beaux portraits, au « naturel » ou dans un rôle (Etienne Melingue par Adolphe Yvon, Melle Duchesnoy par François Gérard, Bizet par Félix Giacomotti, Charles Guillaume Etienne par Joseph Désiré Court, Rachel par Frédérique O'Connel...) et quelques scènes (Monet Sully se maquillant par Louis Edouard Fournier, Dernière scène de Rodogune par Jacques Augustin Pajou...). Une exposition variée mais inégale, où l'on regrettera l'absence de précisions techniques sur les cartels ainsi que le fait que les notices (y compris dans le catalogue) ne soient consacrées qu'aux acteurs / tragédiens et jamais aux artistes qui les ont représentés.

 

La Tribune de l'art

 

Théâtres romantiques à Paris - Collections du musée Carnavalet, Musée de la Vie Romantique, jusqu'au 15 juillet.

 

henner.jpgLe Musée Henner continue de présenter (et de restaurer) son fond avec une exposition consacrée au paysage dans l’œuvre du maître. Depuis la représentation d'une Alsace sombre, brumeuse et fantasmée jusqu'à ses nombreux petits formats où des rousses nues et vaporeuses se trouvent au milieu d'une nature floutée. Les plus intéressant est peut-être la salle consacrée à l'Italie où Jean Jacques Henner s'est rendu après avoir remporté le prix de Rome. Si certains de ces petits paysages peints sur le motif rappellent beaucoup Corot et d'autres maîtres de cette époque par les thèmes et les couleurs, d'autres œuvres sont beaucoup plus surprenantes et personnelles comme ces fontaines un peu dans la pénombre au milieu des oliviers. Une très belle occasion de découvrir une autre facette d'un artiste trop souvent considéré comme pompier ainsi que ce charmant petit musée pour ceux qui ne le connaitraient pas encore.

 

De l'impression au rêve, paysages de Henner, Musée Henner, jusqu'au 2 juillet.

 

 

 

Morisot.jpgLa déception ! Pas que l'exposition soit au rabais, au contraire, de nombreuses œuvres venues de grandes collections publiques, en particulier anglo-saxonnes, et de collections privées s'ajoutant à celles du musée Marmottan. Mais difficile de s'enthousiasmer pour plus d'une poignée de peintures ou d'aquarelles, tant les « recherches » de Berthe Morisot ne paraissent ni particulièrement originales ni fournisseuses d'émotions diverses. Paysages, portraits et scènes de famille se succèdent sans rien de remarquable, au mieux jolis, souvent mièvres, et on baille un peu... Pendant que nombre de grands ouvrages des meilleurs peintres académiques se transforment en poussière dans les églises de Paris et d'ailleurs, on se presse (surtout vers la sortie, et au pas de charge, en tout cas quand j'y étais) pour une impressionniste, qui apparait souvent ici (faute au choix des œuvres ? à la présentation ?) de seconde zone, laissant l'impression, ici de faire du sous-Manet, là du sous-Renoir.

 

La Tribune de l'Art

 

Berthe Morisot, Musée Marmottan - Monet, jusqu'au 29 juillet.

20/06/2012

Fin de printemps à Paris (II)

Suite des expos de cette fin de printemps (et du début de l'été)(s'il arrive un jour) à Paris :

 

beauté.jpgSi l'on n'aura guère de reproches à faire sur le choix des œuvres, souvent superbes (à part peut-être le fait que beaucoup viennent de musées français et seront donc déjà connues de ceux qui les arpentent régulièrement) et qui s'étalent sur cinq siècles d'histoire de l'Art, on peut se poser la question de la pertinence du thème de cette Beauté Animale. Ou plutôt se demander si la multiplication des thèmes (observation, animaux maltraités, préjugés, animaux en danger....) ne contribue pas à délayer le propos, du coup bien vague. Reste une magnifique galerie d'images, qui plaira beaucoup aux enfants...

 

La Tribune de l'Art

 

Beauté animale, Grand-Palais, jusqu'au 16 juillet

 

 

 

helene.jpgLe musée Gustave Moreau réalise régulièrement des expositions dossiers pour un mettre un thème en valeur parmi ses collections. De l'Hélène de Troie présentée au Salon et malheureusement disparue (une photo, des esquisses et répliques sont présentées), à une Hélène Glorifiée en passant par une Hèlène à la porte de Scée ou deux Hélène quasi-fantomatiques et faites de brume, on voit une évolution étonnante dans les moyens mis en oeuvre et le sens donné à son "héroïne". Une expo petite mais passionnante et une excellente occasion de voir ou revoir le musée...

 

La Tribune de l'Art

 

Hélène de Troie, la beauté en majesté, Musée Gustave Moreau, jusqu'au 25 juin

 

 

 

 

orientalisme.jpgIci aussi, le thème ressemble trop à un rassemblement hétéroclite (représentations des Juifs en terre d'Islam, paysages de la Terre Promise, les Juifs dans la Peinture d'Histoire, la création d'un Art Juif) pour convaincre vraiment, mais que les œuvres sont belles et pour la plupart peu ou pas vue, couvrant la plupart des courants artistiques du XIX° : romantisme, néo-classicisme, symbolisme, préraphaëlites, "pompiers"... Mentions spéciales à L'exécution de la juive de Dehodencq, au Samedi dans le quartier juif de Lecomte du Nouy, au Départ des israélites pour la Terre Sainte de Wyld, au Jérusalem et la vallée du Josaphat de Seddon, à la Filles de Jephté de Lehmann... Bref, ça vaut le détour...

 

Les Juifs dans l'Orientalisme, Musée d'Art et d'Histoire du Judaïsme, jusqu'au 8 juillet

10/06/2012

Fin de printemps à Paris (I)

Quelques mots (et un lien vers les excellents billets de la Tribune de l'Art) sur les expositions du moment à Paris.

 

debussy.jpgPas franchement convaincu par Debussy, la Musique et les Arts. Réunies par thèmes (son cercle, ses compositions, ses influences...), les oeuvres venant de tous les domaines de l'art semblent souvent coller au propos de façon bien artificielle et il est bien difficile de comprendre où l'expo veut en venir. Si il y a de l'excellent (mais aussi du moins bon) dans les peintures présentes, on observe qu'une bonne partie a juste traversé la Seine (et vient donc d'Orsay) et parmi celles qu'on a préféré, on notera celles de Cross, Thaulow, Rossetti et Degroux.

 

La Tribune de l'Art

 

 

Debussy. La Musique et les Arts Paris, musée de L’Orangerie, jusqu'au 11 juin 2012.

 

 

artemisia.jpgUne exposition sur un peintre caravagesque à Paris, c'est déjà un évènement, alors quand il s'agit d'Artemisia Gentileschi ! On laissera aux spécialistes les habituels problèmes d'attribution, fréquents pour cette période, pour se régaler des nombreuses oeuvres présentées, grands formats religieux comme scènes plus intimes, de l'artiste, de son père et des contemporains ou élèves. Deux remarques cependant : quelques tableaux semblent d'une qualité vraiment moindre et le fait de devoir commencer, à cause de la structure du musée Maillol, par la fin de sa carrière, est quand même assez dérangeant.

 

La Tribune de l'Art

 

Artemisia, pouvoir, gloire et passions d'une femme peintremusée Maillol, jusqu'au 15 juillet 2012

 

 

cima.jpg

Superbe initiative du musée du Luxembourg que de nous présenter une rétrospective consacrée à Cima da Conegliano. Peintre de la renaissance vénitienne, son art vient de la tradition locale héritée de Giovanni Bellini, tout en montrant des influences flamandes et en annonçant l'arrivée de la génération suivante (Giorgione). Corps sculpturaux, couleurs somptueuses, paysages délicats et une certaine théâtralité dans les interactions entre personnages peuplent les oeuvres, du grand tableau d'autel au cassone, peu nombreuses mais magnifiquement choisies. A ne pas manquer.

 

La Tribune de l'Art

 

Cima da Conegliano. Maître de la Renaissance vénitienne, Musée du Luxembourg, jusqu'au au 15 juillet 2012.